Actualités
Les festivals annulés jusqu'à mi-juillet

Suite aux annonces du gouvernement d'interdire les événements au moins jusqu'à la mi-juillet dans le cadre des mesures prises pour ralentir l'épidémie de Covid-19, les festivals qui devaient avoir lieu en début d'été ne pourront se dérouler comme prévu. 

C'est une annonce qui était redoutée, mais attendue de la part des organisateurs de festivals. Lors de son allocution télévisée de ce lundi, Emmanuel Macron a annoncé, entre autre, l'interdiction des rassemblements au moins jusqu'à la mi-juillet. Une mesure qui de manière automatique annule les festivals du printemps et du début de l'été en France. 

Une visibilité réclamée depuis plusieurs semaines par les organisateurs de festivals. Entre les délais de montage des infrastructures pouvant aller jusqu'à 6 semaines, les têtes d'affiches internationales qui risquent d'annuler leurs tournées, les éventuels désengagements des partenaires et mécènes et les ventes de billets totalement à l'arrêt, l'organisation des éditions 2020 semblait de plus en plus compromise. Une prise de position demandée ces dernières semaines pas les différents syndicats des acteurs culturels à travers des courriers au Ministère de la Culture, notemment de la part du Prodiss et du Syndicat des Musiques Actuelles

La semaine dernière certains festivals avaient déjà pris les devants, comme le Hellfest qui reporte son édition à 2021, Solidays, Lollapalooza Paris, le festival ODP Talence, Electrobeach ou Jazz sous les Pommiers. D'autres, comme Nuits Sonores à Lyon ou le festival Papillons de Nuit avaient eux décidé de reporter leurs éditions, en juillet pour l'un, en août pour l'autre. Une décision incertaine à ce stade.

La France qui compte plus de 1000 festivals de musiques actuelles, dont une grosse centaine qui acceuille chaque année plus de 15.000 festivaliers, va donc vivre, à minima, un début d'été sans festivals.

Photo: Kilian Roy - Hellfest