Actualités
Le festival Couvre Feu est mort, vive Couvre Feu

Le 6 octobre dernier, le festival ligérien Couvre Feu publiait un communiqué de presse annonçant la fin de sa belle aventure et de son association. En cause, un déficit dû au nombre de spectateurs, aux tourments des forces de l'ordre, et à la baisse du soutien de la communauté des communes. 

Un communiqué de presse et une photo, publiée le 6 octobre dernier sur la page Facebook de l'évènement. Celle d'une banderole avec les sages mots d'un certain Schopenhauer "Les hommes sont mille fois plus acharnés à acquérir des richesses que la culture, bien qu'il soit parfaitement certain que le bonheur d'un individu dépend bien plus de ce qu'il est que de ce qu'il a.". Par cette citation attribuée au philosophe allemand, le festival annonçait la fin de son aventure.  Ses déficits, sa baisse du soutien des communes et des diverses communautés, sa situation financière désesperée et une liquidation judiciaire en cours, le plaquant contre un mur, contraint de rendre les armes.

20 ans d'activisme pour la culture 

À la base de Couvre Feu, qui a réuni sur toutes ces années près de 400 000 festivaliers, 4 post-ados âgés entre 19 et 21 ans soucieux de créer un territoire culturel fertile sur les terres du Pays de Retz en Loire Atlantique. En 1998, avec l'association Corsept basé sur les terres de Corsept, la bande de copains commencent peu à peu à organiser quelques soirées sous ce patronyme et à partir des années 2000 une "bande de punk à chapiteaux et un animateur socioculturel" venait apporter leur dernière pierre à l'édifice pour créer avec eux la première édition du festival Couvre Feu. 

Se sont écoulées 20 longues années où chaque membre a lutté pour donner à leurs habitants le droit à la culture et à la diversité, à des évènements boostant la dynamique économique de la ville et lui donnant une visibilité. Plusieurs figures internationnales et européennes de la musique se sont succedées sous les chapiteaux de Couvre Feu, avec entre autres Shaka Ponk, John Butler Trio, Cypress Hill, Lauryn Hill, The Offspring ou Suprême NTM cette année. 

Des années brouillons côté organisation 

2018 fût aussi une belle édition avec ses 35 groupes, sa troupe de théatre, jeux-spectacles, ses installations artistiques monumentales, ses bénévoles, techniciens, salariés, partenaires ... Mais depuis quelques années le festival est la cible de certaines polémiques médiatiques. « Bien que nous soyons conscients que les embouteillages de 2017, la présence démesurée des forces de l’ordre aux abords du festival, l’incompréhension du projet itinérant en 2016, les polémiques malveillantes et mal informées suite au départ de Corsept, ont eu un réel impact sur le Festival Couvre Feu, l’heure n’est plus à l’analyse des raisons de la situation. » déclame le festival lors de son communiqué.

En 2017, Couvre Feu migrait sur les terres de Migron à Frossay, laissant derrière lui le Pays de Retz et l'association Corsept, sous les yeux incompris de leurs fidèles festivaliers. Ajoutez à cela la baisse du soutien de communauté des communes, le taux minime de subventions pour un festival autofinancé à 90%, et puis, la circulaire de Gérard Collomb, contraignant les festivals à payer de leur poches les forces de l'ordre mis en place pour l'évènement. Comme le rappelle Couvre Feu "quand on est organisateurs de festival culturel, on ne peut supporter d’être injuriés ou menacés parce que l’État décide de mobiliser 200 gendarmes pour contrôler des personnes venant faire la fête ou parce qu’on déplace un événement de 15 km…" ​Cela aura malgré tout aidé à créer une incompréhension générale sur les dernières années, et a enterrer progressivement Couvre Feu sous les terres de sa ville natale là où il s'était réfugié en 2017. Aujourd'hui le festival jette l'éponge après le coup fatal porté par l'annonce d'une liquidation judiciaire encourut contre eux. Samedi dernier, dans son communiqué, Couvre Feu nous laissait avec un message fort, emplit d'espoir et fidèle à ses valeurs : celles de continuer à (sur)vivre à travers toutes les formes de culture possibles. Sauf que maintenant, c'est à nous de les créer. 

Nos aventuriers de Tous Les Festivals ont eu la chance de vivre la dernière édition de Couvre Feu cette année. Une édition puissante et surement l'une des meilleures et des plus abouties. 

Crédit photo : Festival Couvre Feu