La playlist d'Olivier
Nos artistes coup de cœur du MaMa Festival & Convention 2018

Le MaMa Festival revient pour sa 9ème édition à partir de ce soir. L’événement propose une musicale excursion dans le quartier de Pigalle à Paris, en investissant bars, clubs lieux insolites et salles de concerts emblématiques. Et pour vous y préparer au mieux, découvrez nos coups de cœur dénichés dans la programmation du festival.  

"Octobre à moitié pluvieux, rend le laboureur joyeux." Bingo ! Après avoir arrosé les pavets, les champs de blé et remis à niveau les mers, il parait que ce soir, le temps sera doux en région parisienne. Une brise d'air frais pour enfiler le joli pull qu'on garde sous le coude pour l'hiver, une paire d'AirMax ultra confortable, le guide du festival et hop, on peut enfin partir en expédition dans les limbes du MaMa festival. 

Bo Bun Fever, Adam Naas et Born Idiot 

Pour commencer cette playlist, quoi de mieux que Bo Bun Fever et son titre Super Lune qui nous plonge dans un voyage cosmique, aux sonorités interstellaires faites de synthé, saxophone, batterie et d'une voix crépusculaire qui nous appelle au loin. Adam Naas, chanteur parisien à la voix suave né de la symbiose imaginaire entre Prince et Jimi Hendrix, fait aussi partie de nos coups de coeur avec son titre Fading Away et se produira demain au Bus Palladium. Lucas, Tiago, Clem, Louis et Guigz composent le quintet de Born Idiot ainsi que notre playlist tracks-passion. Leur titre Cocktail Bomb en featuring avec Flore Benguigui nous propose une croisière tropicale, verre de Cuba Libre en main, pour visiter joyeusement les tréfonds de la pop indé.  

Mnnqns et Larry Kidd 

Lorsque l'on écoute Mnnqns on pense (à l'instar d'Adam Naas) à une liaison cachée entre le leader emblématique des Clash, Joe Strummer et Julien Casablancas, celui des Strokes. Les 4 rouennais s'imprègnent d'influences bigarrées du post-punk des années 70 jusqu'à aujourd'hui, qu'ils dépoussièrent à la perfection dans un rock abrasif et décapant. Concrete V2 est le nouveau projet du rappeur québécois Lary Kidd qu'il jouera ce soir au Folie's Pigalle. Presque arrogant, Lary Kidd ne parle pas de grosses voitures cylindrées, de prostituées, et pistolets. Dans le morceau Petit Jesus, les paroles sont criantes du changement qui s'opère aujourd'hui dans le rap français. On s'ouvre aux arts, à l'intellectuel, à l'androgynie. On brouille les frontières des genres et on n'a plus peur de brandir fièrement dans ses chansons son romantisme à l'eau de rose. "Nous sommes tous obsédés par les gros dollars, Moi j'ai démontré l'ignorance à travers les beaux-arts"

Retrouvez aussi le trio revigorant de Thé Vanille, la chanteuse new-âge de Silly Boy Blue, le blues de Mamas Gun, et les japonais de The Fin. avec leur pop des plus efficaces. 

Bonne écoute les mélomanes !

Crédit photo : Lucas Martin