Around the world
Festival ? Mieux, Bestival !

Français, Françaises, Belges, Belges, pour le dixième numéro d’Around the World, permettez-nous de vous présenter un des plus raffinés sommets du divertissement, des paillettes, du grand n'importe quoi général et de la ripaille : le Bestival !

Oyez, Oyez ! En France, si on décidait de concevoir un nom de festival dont la consonance ferait certainement croire à ses amateurs que c'est LE meilleur festival, cela donnerait peut-être le Incroyal, le Meilleurstival ou encore, le Génial Fest. Ridicule ? Certainement. Mais comme l'attestent nombre de tubes des années 60, ce qui est ridicule une fois traduit en Français ne l'est pas forcément dans sa langue d'origine. L'anglais, c'est classieux, n'est-ce pas.

Wight is Wight

"Ils sont arrivés dans l'île nue, sans un bagage et les pieds nus". C'est dans l'île de Wight, qui à n'en point douter avait tout du Loir et Cher pour que même Delpech lui dédicace une chanson, que se déroule le Bestival, avec ses multiples scènes, son amphithéâtre, son port. Bien sûr, des concerts : on peut d'ores et déjà citer Missy Elliott, The Chemical Brothers, Skrillex, ou encore The Jacksons. Mais plus qu'un simple festival de musique, le Bestival propose également du cirque, des spectacles, du burlesque, oui mesdames, oui messieurs ! Entre le Grand Palace of Entertainment et le Pig's Big Ballroom, vous apercevrez des acrobates, contortionistes et jongleurs tout droit sortis des années folles, ainsi que de croustillantes pin-ups devant lesquelles même Rimbaud chanterait la Java. Attention : mademoiselle, amenez-y votre homme et vous finirez oubliée comme une voiture. 

HMS Bestival

En Bretagne, ils aiment toujours mettre un stand de galettes-saucisses au bon goût de concours de pêche quelque part : sur l'île de Wight, ils sont plutôt gros bateau de cinquante mètres de long que galettes-saucisses bien grasses. Oui, le HMS Bestival est bien un bateau, paré de grappes d'enceintes Funktion One, de lances-flammes - qui pointent vers le ciel, rassurez-vous - et d'énormes caissons de basses.

Le bateau a même son équipage : les danseuses et cracheurs de feu du Area 51 Circus Crew ainsi que les Marawa's Majorettes vous en mettront plein la vue pendant les lives et DJ sets que propose cette scène complètement pétée. Si vous voulez encore plus de n'importe quoi, allez faire un tour dans le Bollywood Field, empruntez quelques fleurs à un hippie, prenez un chaï et baladez-vous en plein New Delhi, version festival.

Stardust Field, ou Big Top ?

"Evidemment, évidemment, on danse encore, sur les accords, qu'on aimait tant". Michel Delpech, comme vous l'aurez reconnu, aurait sans doute troqué cette démesure pour un petit coin de Pologne. Pas nous : le HMS Bestival, tout unique et improbable qu'il soit, n’est que la petite scène de l'évènement. Pour toutes les têtes d'affiche, rendez-vous sur le Stardust Field et le Big Top, et choisissez votre concert : entre Underworld, Neneh Cherry, Kate Tempest, Tale of Us, Todd Terje ou Tame Impala, la programmation couvre un large choix de genres, y compris le hip-hop vindicatif de Action Bronson, un des piliers de la nouvelle vague Trap.

Encore sous-représentée en France, cette tendance née autour de 2001 dans les "suburbs" d'Atlanta a inondé les Etats-Unis et menace gentiment de faire de même de notre côté de l'Atlantique, comme en témoigne la présence d'Hudson Mohawke au Bestival ; son projet TNGHT, en duo avec Lunice, est une des étoiles montantes de la Trap anglaise.

Et si on n’aime pas la musique ?

Le Bestival regorgeant de musique, on vous dira que vous êtes un peu stupide d'aller y claquer votre salaire. Mais après tout, si c'est comme ça qu'on fait chez vous (dans le Loir et Cher peut-être ?), certes. Si comme mère-grand vous aimez le calme, on vous recommandera plutôt la Ambient Forest. Forêt de l’étrange à l'écart du tumulte dans laquelle se dresse un amphithéâtre ; c'est le lieu central de toute une gamme d'activités de choix, des pièces de théâtre, des films sélectionnés avec soin, des conteurs, du slam, de la poésie, et plus encore. Mais attention, au détour d’un chemin, vous pourriez y croiser des créatures inconnues par chez nous (Quoique peut-être pas dans Loir et Cher).

On passera sur le mountain-board, le yoga, les conférences et débats de la Bestiversity, les jaccuzzis en bois, les massages, la méditation, le kayak en mer, le paddle-board, le carnaval, les myriades de plats et de boissons à déguster, les ateliers variés, pour arriver directement au clou du festival : le Wall of Death ! Un énorme trou cylindrique creusé dans le sol, recouvert d'un revêtement adapté aux roues des vélos de Ken Fox et son crew de tarés de la voltige. Sensations fortes garanties : si vous aimez voir des BMX rouler à toute berzingue à l'horizontale sur les parois d'un trou géant, le Bestival est fait pour vous.

Et si on veut dormir ?

Si comme nous vous avez vécu l'expérience de monter une tente sans lampe de poche à quatre heures du matin après un léger excès de cervoise, ne vous en faites pas : votre logement est déjà monté, et compris dans le tarif. Laissez votre tente deux secondes à la maison, vous avez le choix selon votre porte-monnaie entre des tentes et tipis de taille modeste ou des yourtes, plus larges et confortablement aménagées. Bien sûr, toute cette bacchanale a un prix : le forfait avec camping coûte 205 livres (290 euros). Le forfait sans camping coûte... 205 livres. Mieux vaut prendre avec, c'est gratuit ! Si vous êtes étudiant, il vous en coûtera dix livres de moins ; et si vous voulez la totale avec place de parking, bar VIP avec des sièges, toilettes et douches sans file d'attente tout près de votre yourte, la facture sera de 340 livres (480 euros).

En conclusion, on soulignera quand même la difficulté probable de trouver sur place quelqu’un qui sait ce qu’est une galette-saucisse : méfiez-vous donc, et faites vos provisions.