Actualités
C'était il y a 26 ans, la première des Rockeurs ont du coeur

Vous vous en souvenez ? Manou, le co-organisateur du festival Les rockeurs ont du Cœur et chanteur du groupe les Elmer Food Beat vous raconte les premiers pas du festival le 12 décembre 1988. Premières réussites, premiers couacs, premiers artistes, les premières fois de festival sont souvent inoubliables.

C’est venu d’une idée « toute bête », raconte Manou. En 1988, la maman institutrice du guitariste de son groupe, Elmer Food Beat, demande pourquoi ils n’organiseraient pas un concert pour les enfants défavorisés de la région de Nantes. Objectif : leur offrir un vrai Noël en récoltant des jouets pour les leur offrir. Enchantés, ni une ni deux les cinq membres du groupe lancent le projet sans se poser trop de questions. La bonne volonté ne manque pas dans leur entourage, ni les compétences nécessaires à la mise en place du concert.

La première édition se tient à l’Escall Saint Sebastien-sur-Loire de Nantes. Le seul droit d’entrée : un jouet neuf d’une valeur minimum  de cinquante francs (aujourd’hui minimum dix euros). C’était une première mémorable d’après Manou. Des dizaines de rockeurs, « gros bras, blouson de cuir, crête sur la tête et blue jean déchiré » se sont pressés aux portes de la salle de concert poupées et camions de pompiers à la main. Une scène très drôle qui a permis de récolter pas moins de cinq cents jouets.

Un succès inespéré pour les cinq membres du groupe Elmer Food Beat, « le meilleur groupe du monde », d’après son interprète qui en rit. Tous les jouets ont été confiés au Secours Populaire de Nantes qui s’est chargé de la redistribution.

A l’époque ils ne sont qu’une trentaine à l’organisation. Tous des bénévoles œuvrant pour la bonne cause.  Parmi eux, les groupes qui montent sur scène. Ils sont trois en tout, tous du cru : Elmer Food Beat, Keep Cooking Mama et Bouskidou.

Des moyens ils n’en avaient pas beaucoup. La salle leur fournissait ce qu’il fallait de techniciens et de matériel nécessaire à toute l’installation. Côté communication, c’était assez artisanal. Remarquant le manque d’affiches dans les rues de la ville, ils décident rapidement d’en imprimer quelques-unes et d’en coller un peu partout. Histoire de faire savoir à tous les Rockeurs de Nantes qu’ils ont déjà quelque chose de prévu ce fameux samedi soir. Mais impossible de parler d’un budget précis pour la tenue de l’événement. Et puis ce n’est pas ce qui intéresse les organisateurs. D’ailleurs aucune subvention n’a jamais été demandée.

Dès 1988, le projet est une vraie réussite. 500 jouets sont récoltés, et autant de petits Nantais qu’ils ont rendus heureux  le soir du 24 décembre. Alors forcément, les Elmer et les autres membres de l’organisation n’hésitent pas à reconduire l’événement d’année en année.

La réussite du festival est d’autant plus fulgurante que l’initiative est reprise dans de nombreuses villes de France dès le début des années 90. Une vingtaine en tout. En 1992, le projet se tiendra même à l’Olympia à Paris. Retour à Nantes, à la dernière édition, celle du 13 décembre 2014 au Stéréolux de Nantes. 150 bénévoles y ont contribué et plus de 2200 jouets ont été récoltés au bénéfice (désormais) des Restos de Cœur. Yodelice et Les Innocents faisaient entre autres parties des têtes d’affiche.

2200 jouets mais seulement 1600 festivaliers et une explication très simple : la salle de concert ne pouvait pas accueillir plus de monde. Du coup, premier arrivé, premier servi. Tant pis pour la musique. Mais les festivaliers lésés, rentrés bredouilles à la maison ont tout de même laissé leur droit d’entrée aux organisateurs. Des grands cœurs ces rockeurs.

Alors pourquoi ne pas changer de lieu  pour pouvoir accueillir davantage de monde ? Tout simplement parce que l’esprit du festival est et restera celui d’une œuvre caritative où le rock tient toute sa place aux côtés du bénévolat. Le Stéréolux met effectivement à disposition sa salle, son matériel et son personnel gratuitement.  Du coup, vous êtes avertis, 1600 personnes et pas plus. Prochaine édition : le 12 ou le 19 décembre 2015, à confirmer. Stay tuned.