Nos tops
Les 10 bonnes raisons de retourner en festival cet été

Plus de six mois que tu scrutes les annonces de programmation. Que tu espères pouvoir passer ton été à parcourir les routes. Que tu penses voir plus de concerts en deux mois que tes parents en trente ans. Sauf qu'au mois de juin tu hésites encore pour des raisons plus ou moins obscures... Heureusement, Touslesfestivals te donne les 10 bonnes raisons de retourner en festival !

1/ Parce que pour une fois tous tes potes ont l'air motivé !

Avec le printemps on voit fleurir les bourgeons, les barbecues et les discussions sur le(s) festival(s) à faire avec ta bande. Si chaque année on prévoit de partir à dix, on finit bien souvent à quatre ou cinq dans la voiture chargée en mode tonton du bled. Pourtant cette année encore, tes amis se disent bien motivés pour se bouger ! Serait-ce l'année où enfin tout le monde sera au rendez-vous ? Une seule façon de le savoir, prendre ton billet et compter tes potes à l'entrée du festival !

2/ Parce que sinon tu risques d'être le seul à ne pas avoir vu Stromae en live cet été...

Chaque été on voit certains artistes faire tous les festivals possibles et (in)imaginables – des Eurockéènnes de Belfort à Garorock en passant par la fête de la gougère de Flogny la Chapelle– et on ne les revoit pas avant une décennie. C'est donc la seule occasion de les voir sur scène avant de devenir un vieux con qui ne va plus en festival car la musique est trop forte ou de devenir ce genre de vieux de la vieille du festival qui passe son temps à raconter aux petits jeunes que ça fait 16 ans qu'il vient… Et même qu'une fois il a fumé une clope avec Bruce Springteen et depuis... ils sont frères de sang (cf les rencontres inoubliables en festival).

3/ Parce qu'il va manquer une ligne sur ton CV estival long comme… le bras !

En tant que festivalier, on a une réputation à tenir. Pour l'entretenir, on se doit de faire au moins un festival chaque été sans quoi le magnifique palmarès que tu t'es efforcé de bâtir année après année s'arrêterait subitement et ta collection de bracelets serait orpheline d'un millésime. Et après tout ce temps passé en festival, tu ne pourras pas briser cette relation intime qui vous unit sans y laisser des plumes. Honnêtement c'est toi qui va le plus morfler car pour ne rien te cacher, et au risque de te décevoir : figure toi que quand tu n'es pas là, le festival a lieu quand même ! Évidemment, sans toi, le festival n'a pas la même saveur...surtout pour toi d'ailleurs.

4/ Parce que tu as déjà acheté ton ticket pardi !

Assez malin pour avoir profité des billets à moitié prix en janvier, ou bien suffisamment con pour l'acheter plein tarif deux semaines plus tard, tu te sens bien obligé d'aller au festival maintenant que tu as claqué tes APL pour te payer l'entrée. Bien sûr tu te dis qu'au pire tu pourras toujours le revendre sur leboncoin, mais on a quand même bien moins d'anecdotes à raconter quand on passe du statut de « j'y étais » à « je devais y aller ». Au pire tu pourras toujours raconter ton week end à la bourboule quand Lucien a perdu sa botte dans la forêt, ça va faire un malheur.

5/ Parce que tu en as marre du confort

À part en festival, à quel moment de l'année peux-tu te permettre de ne pas te brosser les dents, de ne pas te laver et de ne pas changer de caleçon pendant tout un week-end sans que les gens autour de toi ne contactent les autorités sanitaires ? Le confort c'est sympas, mais moins indispensable que la musique non ? D'ailleurs on n'apprécie jamais autant son lit qu'après avoir passé trois ou quatre nuits de suite sur un matelas dégonflé et dans un duvet qui sent la marmotte grillée.

6/ Parce que tu as trouvé l'idée ultime pour rentrer de l'alcool !

Des idées lumineuses, tu en as tout au long de l'année, mais malheureusement elles se noient dans le flux ininterrompu de conneries qui te passent par la tête. Par contre, si sur un éclair de génie tu trouves un moyen crédible pour rentrer de l'alcool à foison dans le festival, là c'est pas le genre de trouvailles que tu oublies. Mais encore faut-il la concrétiser et la mettre à l'épreuve des perfides vigiles qui rôdent à l'entrée (dont les attouchements t’ont également manqué, faut le reconnaître).

7/ Parce que tu en as BESOIN !

Tu as beau vivre dans une région ensoleillée, avoir un métier qui te passionne et avoir des relations sexuelles régulières, il te manquera toujours quelque chose si tu ne vas pas en festival cet été. Que tu veuilles bien l'admettre ou non, tu es accro. Et même si tu passes de super vacances en Ardèche, il y aura ce petit goût d'inachevé dans ta bouche à la rentrée. Si en plus de ça c'était le déluge en Ardèche, à coup sûr tu passeras pas l'hiver. Alors pour ta santé mentale, viens en festival ! (phrase déposée, copyright TouslesFestivals)

8/ Parce que la bière chaude sans bulles te manque

Une bière fraîche, un dosage réussi ou des glaçons dans le Ricard c'est toujours agréable. Mais ce n’est clairement pas ce à quoi on s'attend dans un festival. Et même si tu as prévu une glacière avec assez de pains de glaces pour 6000 campeurs, elle ne tient généralement pas le coup et au bout de deux jours elle dégage une odeur similaire à ton haleine saveur rosé-gitane maïs. Peu importe, le festival c'est l'un des rares moments de l'année où une sangria tiède et une bière sans bulles parviendront quand même à étancher ta soif, et où claquer 3 euros pour une pression qui sent l’urine de bouc te redonne quand même le sourire !

9/ Parce que la fête de la musique a beau être gratuite la prog laisse à désirer...

On ne le dira jamais assez : Merci Jack Lang ! C'est vrai que la fête de la musique, c'est la seule fois de l'année où tu peux te promener dans une ville unie comme jamais, à slalomer entre les petits groupes de musique.  En même temps heureusement qu'on a le droit de picoler pour l'occasion, parce que si tu regardes bien, tu te tapes que des groupes de punk qu'ont pas dû lire le manuel pour régler leurs amplis ou des djs pour qui fun radio est une bible.  Alors certes ça te permet de rentrer en douceur dans la saison des festivals, mais on a quand même hâte que les choses sérieuses commencent !

10/ Parce que ton acouphène commence à réduire

Après ta première dizaine de festivals, tu te rends compte (trop tard évidemment) que le sifflement perpétuel dans ton oreille droite, qui te berçait tendrement lors de tes quatre bonnes heures de sommeil dans ta tente, te berces en réalité tout le reste de l'année. Au moment où tu le réalises, tu flippes et tu t'imagines déjà avec un sonotone à 30 piges à essayer de faire croire que c'est une oreillette bluetooth. Mais au fur et à mesure que les festivals passent et que ton audition se mange des pogos à chaque concert, tu commences à lier une amitié toute particulière avec cet acouphène qui, à l'inverse du sein de ta mère, ne t'as jamais abandonné. Cette année encore, tu retourneras donc trop près de cette enceinte droite pour lui prouver ton amour et lui jurer fidélité jusqu'à ce que la surdité vous sépare !

Bonus :

Parce que comme chaque année, tu crois que tout peut arriver en festival !

Vous aimerez aussi: 

-> Les 8 choses qui trahissent un festivalier toute l'année

 

Crédits: photo 5: Dour 2011 // Photo 7: Christophe Gilbert