L'objet du mois
L'enceinte en kit pour ambiancer le camping du festival

Pour toi qui mène une rude bataille contre les JBL imbibées de bière qui ne sortent plus que des grésillements douteux parce que "c'est insupportable d'écouter de la musique sur une enceinte aussi pourrie !", cette enceinte connectée s'annonce être ton nouveau fétiche.

On vous plante le décor : il est midi, vous parvenez enfin au camping du festival après avoir déchargé la voiture avec seulement 4 paires de bras pour 2 tentes que vous ne saurez replier, 1 tonnelle surlaquelle votre voisin bourré va tomber en pleine nuit, 4 sacs de couchages alors qu'il va faire 1000°C, 12 rouleaux de PQ qui sent bon le printemps, une glacière de 12 tonnes et ses 6 packs de 24 et vous vous félicitez d’avoir pour une fois pensé à tout prendre… Vous vous installez soulagé (quoiqu’un un peu bouleversé par les 30 minutes de poireautage en plein cagniard à l’entrée) et là, au moment de savourer la première blonde de ce qui s’annonce être un week-end haut en couleurs, vous réalisez que votre ami.e chargé.e de l’enceinte n’a qu’un mini truc bluetooth Made in China avec une qualité sonore plutôt douteuse et qui a déjà parcouru bien des sentiers de fiesta. Autant dire le pire scénario quand on s’attend a rêvé d'un week-end tout en musique sur un système son de bâtard, mais que les concerts ne commencent que le soir et qu’il faut bien s’échauffer sur le camping en attendant.

C’est là que Kataposte entre en jeu. Une start-up française a imaginé pour vous une enceinte portable de haute qualité à monter soi-même, comme cette fichue tente, mais en beaucoup mieux. Celle-ci, pas besoin d'un master d’ingénieurie aérospatiale pour qu'elle puisse servir à quelque chose.

Cette start-up est née grâce à Pierre qui "a commencé à construire des postes de musique à Grenoble afin d’aller passer les week-ends en montagne. […] De là sont nés les premiers modèles de postes audios nomades." C'est en revenant sur Paris au début des années 2000 et en fréquentant les soirées trop souvent articulées autour d'enceintes bluetooth de qualité si médiocre que du AC/DC pouvait facilement passer pour du Green Day à la première écoute, qu'ils ont compris le potentiel de leurs enceintes. Celles-ci pouvaient suffir à complétement raviver une soirée (côte de popularité garantie) au point que "des amis [leur] en empruntaient quand [ils] ne pouvaient venir".

Grâce à ce précieux, Pierre et Damien, les co-fondateurs de Kataposte, ont voulu lutter contre la tendance quasi-interplanétaire de l’obsolescence programmée et créer un objet connecté, pratique, avec un bon rapport qualité/prix et facilement réparable (donc aussi écolo). L’enceinte est également « made in France » et toutes les pièces utilisées pour sa conception sont facilement trouvables dans le commerce ou sur internet. Parce qu'on a pas forcément l'intention de craquer un demi PEL tous les ans pour racheter une enceinte sur laquelle ton pote déchiré passera de la vieille hard trance progressive en rentrant des concerts à 160 grammes...

 

L’enceinte complète peut se trouver sur le site internet à partir de 329€.

Crédits photos : Maker Faire & Kataposte