L'objet du mois
Le porte-gobelet : pour des mains libres

En festival on aime bien se rincer le gosier, mais une fois vidé, le gobelet ne nous sert plus à grand-chose sauf à nous encombrer les mains. Comment faire pour ne pas gâcher un euro de consigne tout en gardant une liberté totale de mouvement ? On vous donne le secret.

On ne va pas faire semblant, on sait tous qu’en festival l’une de nos principales activités, en plus d’aller voir des concerts et de juger les performances, c’est aussi et surtout de s’enquiller des litrons de bière (et d’eau, n’oubliez pas de rester hydratés c’est important !). Une fois l’hydromel servi par ce barman qui vous a fait de l’oeil - uniquement parce qu’il a la main sur le piston - il ne vous reste plus qu’à le siroter tranquille entre copains ou à l’enquiller d’un coup avant de rentrer dans le pit. Sauf que le gobelet, on en fait quoi après ? "Ben on le garde à la main, patate !" bah déjà bonjour, et puis facile à dire mais beaucoup moins pratique à faire. D’autant qu’on ne peut pas le jeter parce qu’il est non seulement réutilisable, qu’il vous a coûté un euro de consigne et que vous avez de toute façon l’esprit trop écolo pour ça. Le planter dans sa poche de short c’est la certitude de déformer ce dernier ; le mettre dans son sac c’est rendre tous les objets qu’il contient tout collants d’alcool... On se gratte la tête, on cherche des solutions, on crie à l’aide, on regrette que sa mère n’ait pas été plus fière de nous alors que quand même, Maman, je n’ai jamais sombré dans la drogue.

Séchez donc ces larmes d’incompréhension, on a trouvé la solution : le porte-gobelet. C’est fou qu’un truc aussi ridiculement évident n’ait pas encore fait l’unanimité au sein de nos beaux rassemblements musicaux. 

En matière de porte-gobelets, on a clairement deux écoles : ceux qui le portent autour du cou et ceux qui l’accrochent à la ceinture. L’un se voulant plus discret que l’autre, il ne tient qu’à vous de faire votre choix en la matière, mais on ne saurait trop recommander de le porter à la ceinture, ne serait-ce que pour ne pas finir étranglé dans un mouvement de foule. Il se présente ainsi : un cercle de caoutchouc ou de silicone permettant d’y caler le gobelet et un mousqueton. ET. C’EST. TOUT. A ce stade vous pouvez même le faire vous-même. Néanmoins, si vous voulez avoir la certitude de sa qualité, vous pouvez vous en procurer par paquets via ce merveilleux outil moderne qu’est Internet. On peut compter dix porte-gobelets à partir d’1,90€ jusqu’à 7€. Les plus ? Il peut vous durer sur plusieurs années et faire partie intégrante de votre nécessaire de festivalier, le tout en vous laissant la liberté totale de vos mains et last but not least, consigner les gobelets en plastique réduit les déchets de 6000 tonnes chaque année. C’est bon, vous êtes convaincus ? Et pour les plus écolos d'entre-vous, on vous a même trouvé un DIY à réaliser les yeux fermés avec un vieux bracelet en caoutchouc qui vous fait honte, du fil et une aiguille. Où si vous avez des vrais skills en ferronnerie, couture et autre ébénisterie, vous pouvez suivre la méthode du Red Smith. 

Allez, on garde son gobelet pas loin et on va la récupérer cette consigne, c’est pour la bonne cause.