Around the world
Le SL12B Music Fest, le festival dans son canapé

Vous aimez le principe de la bière et du soleil mais vous êtes un sociopathe ? Vous aimez les festivals mais vous êtes un geek dans le genre nolife qui peine à explorer le Grand Extérieur ? Pas de problème. Nous avons la solution ! Nous vous proposons tous les avantages d’un festival sans les inconvénients. Le SL12B, ça se passe sur Second Life. Oui, vous vous amuserez. Non, vous n’aurez pas besoin de quitter votre canapé, ni de pousser votre exploration du monde plus loin que le kebab d’en bas de votre rue.

Le SL12B premier du nom s’est déroulé en juin dernier, et, moins de quelques années avant l’explosion de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle, pose les bases d’un rassemblement musical virtuel organisé et financé. Linden Lab, qui sponsorise l’évènement, développe et entretient depuis 2003 l’univers virtuel du nom de Second Life, qui s’est en quelque sorte (oui, presque comme dans Snow Crash de Neal Stephenson) calqué sur le réel, en un peu plus farfelu peut-être. Retour sur un évènement pour le moins coloré.

Si vous ne connaissez pas Second Life, un petit topo s’impose. A une époque où le jeu vidéo massivement multijoueur commençait à se développer (majoritairement dans des univers fictifs et bardés d’orcs ou de vaisseaux spatiaux), le studio Linden Lab, composé de vétérans de diverses grosses firmes du jeu vidéo eut une idée : pourquoi ne pas permettre aux joueurs d’un jeu d’avoir la propriété intellectuelle du contenu qu’ils créent et de le vendre eux-mêmes à l’intérieur d’un jeu ?

Second life, un autre arbre des possibles

Ainsi, Second Life est né, et évolue sans cesse depuis sa création. Les joueurs, qu’on appelle résidents, peuvent fabriquer des choses (vêtements, objets, véhicules, la liste est longue) et les vendre à l’intérieur du jeu puis convertir les L$ (Linden Dollar) en Euros. Certains ont transformé leur compte SL en travail à plein temps : c’est par exemple le cas de Ailin Graef, aka Anshe Chung, qui à partir d’un investissement de 9.95$ dans des petites parcelles de terrain, est devenue millionnaire après deux ans et demi de tractations diverses. On peut donc supposer que l’économie de Second Life se porte plutôt bien.

Le thème du festival était “What Dreams May Come”, ce qui pourrait être traduit par “Au-delà de nos rêves”, petite phrase tirée de l’oeuvre de Shakespeare et empruntée par Richard Matheson à l’occasion de l’écriture du livre éponyme. Un prétexte pour enfoncer les portes de ce que l’on connaît, révéler ce qu’on ne connaît pas encore, ce que l’on a jamais vu et ce qu’on n’a jamais eu l’idée d’imaginer. Bref, un gros foutoir pixellisé mêlant véhicules complètement aberrants, maisons loufoques, tenues et coiffes au comportement impossible dans la réalité.

Second Life, ce sont donc des gens qui font tout ce qu’ils font déjà (ou pas) dans la réalité, mais autrement. Certains partis politiques s’y sont même plus ou moins intégrés (ou non) et tentent maintenant de drainer de la chair à campagne électorale également dans le monde virtuel : moins anecdotique, des universités s’y sont installées, ainsi que des créateurs de mode ou des fabricants de yacht numériques. Depuis quelques années, l’engouement autour de SL s’est un peu tassé : visiblement, on attend avec impatience l’implémentation des nouveaux périphériques de réalité virtuelle comme l’Oculus Rift pour relancer un peu la machine.

Au-delà de la musique

Alazarin Mondrian, Effinjay, Zak Claxton, ou encore LuvofMusic se sont produits en juin dernier sur les divers lieux de célébration de l’évènement, dont la Ixtlan Stage qui a été créée par un artiste célèbre dans l’univers de Second Life : Cube Republic. Le SL12B Music Fest, vous l’aurez compris, fête sous forme d’un festival de musique le 12ème anniversaire du jeu.

Mais ce n’est pas tout, car un festival virtuel est aussi l’occasion de voir des choses qu’on ne peut pas concevoir dans le monde physique, par exemple un gâteau géant qui explose sur toute la surface du festival à la fin de l’évènement, recouvrant allègrement les participants de ses calories en pixels. Pas de pass à acheter, pas de logistique complexe hormis un pack de bières et quelques pizzas : lassés de ce monde de chair et de tourments ? Rejoignez la communauté, elle est en pleine expansion et ça ne va pas ralentir vu les nouveautés technologiques annoncées en 2016.

Informations & Connexion : http://secondlife.com/