On fait quoi ce Week-end ?
GéNeriQ, Kolorz Festival, How to Love...

De la musique hivernale à travers cinq villes, des moufles sur des platines en attendant l'été, une dose d'éclectisme parisien. Tour d'horizon et liste non-exhaustive des festivals du week-end. 

GéNériQ 

Et parce que le ski ça coûte trop cher et que ce n'est pas une raison pour rester bloti dans ton canapé, viens plutôt à GéNériQ. Et ce n'est pas une, mais cinq villes que propose le festival pour accompagner ta soirée d'hiver : Dijon, Besançon, Belfort, Le Pays de Montbéliard et Mulhouse. Pour réchauffer les mimines, GéNériQ s'est entouré du meilleur cru 2018 en conviant les tontons de Tricky ou Modeselektor en compagnie de jeunes étoiles montantes avec Eddy de Pretto, Polo & Pan et Lysistrata. Mais l'hiver, c'est aussi des rencontres, des découvertes, vient donc te réchauffer sur le son de la bombe scénique Snapped Ankles, le rap belge de le 77 ou encore la douce voix de Flèche Love. En bref, 5 jours, 70 concerts, dont 30 gratuits, on t'avait prévenu que c'était moins cher que le ski. 

Au programme : Modeselektor, Altin Gun, Biffty & Dj Weedim, Angle Mort & Clignotant, Ahyasca Ernesto, Chloé, Concrete Knives, Eddy de Pretto, Polo & Pan live, L'Impératrice, Lonepsi, Lysistrata, Malik Djoudi, Tshegue, Tricky, Konik, Kt Gorique...

Où ? Dijon, Besançon, Montbéliard, Mulhouse, Belfort

Quand ? du 07 au 11 février 

Combien ? Entre gratuit et 50 euros selon le pass et la soirée

Kolorz Festival - Edition Hiver

Après une édition estivale mémorable, le Kolorz Festival souffle sa 5ème bougie de sa saison hivernale en reposant ses platines à Carpentras. Entre jeunes pousses prometteuses et têtes d'affiches aguerries de l'électro, l'événement réinvesti une nouvelle fois l'écrin intimiste et convivial de l'Espace Auzon. Au programme, le headliner marseillais N'to, le trio en plein essor Bon Entendeur, la techno incontournable de Paul Ritch ou la douceur d'Anetha en ces froides nuits d'hiver. Une parfaite alternative pour s'échauffer avant la collection été du Kolorz Festival. De l'électro, tous les jours, toutes les saisons, toute l'année. 

Au programme : Bon Entendeur, De la Swing, N'to, Teho, Sliaaz, Anetha, Anna, Fjaak, Paul Ritch, Klaam & Lenski, Nabil Benn & Arnaud Chabert

Où ? Carpentras (84)

Quand ? du 9 au 10 février

Combien ? 50 euros le pass 2 jours 

How to Love

A la fois éclectique et engagé, le festival How to Love rime avec découvertes et rencontres. Cette nouvelle édition réinvesti à nouveau le Petit Bain parisien sur le thème de la "Révolution". Associant programmation musicale, différentes formes d'écritures dessinées, le festival est l'occasion de mettre en avant l'association et ses actions dans le domaine de la musique actuelle et les bandes dessinées, quand le public devient aussi lectorat. Pour se remettre de cette vague de neige parisienne, tu pourras compter sur le projet néofolk de Dune Messiah, le côté dark de Drab Majesty ou encore du rap 3.0 avec Ichon et Pollux. Et il y'en aura pour tout le monde, les curieux comme les confirmés, notamment en présence de du groupe Requin Chagrin, le conteur isérois Gontard ou Inigo Montaya. Et la cru n'aura pas arrêté l'ardeur d'How to Love, les concerts prévus le 07 et 08 février ont donc simplement été déplacés au Gibus et au Trabendo. En revanche, le cycle d'événements et de rencontres censés se dérouler à la Cantine ont été reportés, pour les autres rendez-vous, pas de contre indication. Plus d'excuse pour aller partager un peu d'amour à la veille de la Saint-Valentin. 

Au programme : Ichon, Pollux, Lust for Youth, Dune Messiah, Drab Majesty, Requin Chagrin, Gontard!, Inigo Montaya, Emel Mathlouthi, Dhamma, Bamao Yende, Fatal Walima, Dan Alberich, Bon dimanche, Ekiti Sound, Fannie Poupée, Kilbourne...

Où ? Au Petit Bain à Paris (75)

Quand ? du 07 au 10 février

Combien ? pass 4 jours à 40 euros 

Et aussi

On se déhanche sur les saxo et les voix de crooners au Ouistreham Jazz Escales, on reprend notre dose hebdomadaire de Sons d'Hiver et on enfile les skis pour le festival Hors Pistes

Crédit photo : Vincent Ducard